«

»

LE PRES NORMAND ENFIN CONSTITUE !

Le 20 juillet 2011, cinq Etablissements d’Enseignement supérieur normands, les Universités de CAEN, ROUEN, et LE HAVRE ainsi que l’ENSICAEN (Ecole nationale d’ingénieurs de Caen) et l’INSA (Institut national des Sciences appliquées) de Rouen adoptaient à l’unanimité les statuts créant le PRES (Pole de Recherche et d’Enseignement supérieur) normand.

Comme l’a fait remarquer à cette occasion un journaliste régional «mieux vaut tard que jamais » C’est en effet, en 2006 (Loi sur la Recherche du 18 Avril) qu’ont été crées les PRES destinés à regrouper sur un plan territorial déterminé les Etablissements d’enseignement supérieur et de recherche affin d’accroitre leur efficacité et leur lisibilité internationale.

Il aura donc fallu cinq années pour en arriver là en Normandie alors que la quasi-totalité des régions françaises était dotée des ces structures (pour ne prendre qu’un exemple le PRES breton a été crée en 2007).

Il est clair que parmi les facteurs qui ont retardé la création d’un PRES normand, l’appartenance des Etablissements concernés à deux régions distinctes (haute et basse Normandie) a constitué un des principaux obstacles à celle-ci.

Le PRES normand réunit 85 000 étudiants 860 enseignants chercheurs (sur 5230 chercheurs). Il permettra de mutualiser certains moyens, de fédérer les compétences des différents partenaires dans leur domaine d’excellence et de doter la Normandie d’une structure qui lui était nécessaire dans un contexte marqué par la mondialisation et la compétition qui s’exerce dans ce domaine comme dans d’autres.

L’UNION POUR LA REGION NORMANDE ne peut que faire sienne à cette occasion la déclaration faite par JOËL BRUNEAU leader de l’opposition U.M.P au CRBN dans la presse régionale.

«Apres le monde économique qui a crée une Chambre de Commerce et d’Industrie normande, ce pôle des Universitaires et des chercheurs est à l’échelle de la Normandie toute entière. La seule qui convienne pour assurer une visibilité et une capacité de dimension européenne.»