L’ABANDON DE LA LNPN : UN COUP SÉVÈRE POUR LA NORMANDIE

L’annonce des conclusions de la Commission Duron1 devant « hiérarchiser » les projets ferroviaires à réaliser dans l’avenir relève de la farce concernant la LNPN dans la mesure ou cette Commission prend en compte pour sa soi-disant « hiérarchisation » le rapport d’étude remis par Réseau Ferré de France au Ministre des transports, Frédéric Cuvillier, qui avait missionné RFF afin de mener une réflexion sur « l’optimisation du projet »…

Télécharger l’ensemble du document en PDF!

LES DEUX MONDES NORMANDS

LE   MONDE   ECONOMIQUE   NORMAND   BOUGE

DE LA   NORMANDIE  CONSULAIRE D’HIER…

(Deux  C.C.I régionales  ( une  pour  la basse Normandie – une  pour la  haute Normandie )  douze  CCI  territoriales…)

 

….     A  CELLE   DE  DEMAIN…

( Une  CCI  régionale  unique  pour  toute  la Normandie  – Quatre ( ou cinq )

CCI  territoriales ignorant  les  frontières départementales et régionales…)

… Mrs  BEAUVAIS   ET   LE   VERN   FONT  DU   SUR – PLACE…

Soucieux avant tout de  préserver jalousement leurs espaces de pouvoir respectifs, Mrs Beauvais  et Le Vern s’en tiennent, pour ce qui les concerne, à un découpage territorial dont l’origine est vieille  de plus d’un demi-siècle (1956)

LA LETTRE DE L’U.R.N FEVRIER MARS 2013

Télécharger la Lettre de l’U.R.N  Février Mars 2013

DEUX MONDES

A Alençon le 6 Décembre 2012, Mr Beauvais Président de la Région Basse-Normandie, exprimant un grand scepticisme face a une éventuelle réunification normande, a expliqué  la division de la Normandie par le fait que les deux régions normandes  sont « très différentes au  niveau  de la démographie de la population ou de l’industrie » reprenant  presque  mot  pour  mot les «arguments» que  son  homologue  haut-normand  Alain Le Vern  utilise habituellement pour s’opposer à  la  réunification de la Normandie.

Quelques  jours  plus  tôt, à Caen, le  30 Novembre, les Fédérations haut et bas normandes des «Entreprises  Publiques  Locales»  (EPL) décidaient de se regrouper en une seule Fédération  Normandie. Les  EPL,  peu connues du grand  public, n’en jouent pas moins un rôle considérable dans la vie des territoires puisqu’elles  gèrent entr’autres  un certain  nombre de grands équipements publics par l’intermédiaire  notamment de S.E.M (Sociétés d’Economie  Mixte).

En  Normandie, les EPL  gèrent ainsi 47 établissements (de la Cité de la Mer à  Cherbourg , Trans Urbain à Rouen en passant par l’ALM à Evreux, le Zénith  de Caen  ou le CID de Deauville …). La  Fédération normande des EPL a  justifié ainsi  la  fusion : « Cette  création est le fruit d’une volonté forte de travailler ensemble, de s’enrichir  mutuellement de la diversité  des expériences souvent complémentaires des  EPL des deux régions mais aussi d’anticiper les évolutions du  territoire comme la réflexion  sur les poles  métropolitains  ou l’Axe-Seine .En  fusionnant , le réseau  normand a  également renforcé son poids au  niveau  national » Quelle leçon a été  donnée le  30 Novembre  à Caen  par la  nouvelle Fédération normande des EPL  à  Mrs Beauvais  et Le Vern !

Il  faut  signaler par  ailleurs que la  fusion des EPL  normandes  a été  précédée quelques  mois auparavant  par l’annonce de  la création  d’une seule Chambre  Régionale  de Commerce et d’Industrie (CRCI) pour  toute  la Normandie ainsi que par la constitution  d’un  Pole de Recherche  et  d’Enseignement Supérieur (PRES) normand  regroupant  les trois Universités  de Caen, Rouen, Le Havre   et divers établissements d’enseignement  supérieur de Normandie…

Décidément, l’univers politicien au sein duquel évoluent Mrs  Le Vern et Beauvais n’est  pas celui ou agissent les forces vives normandes qui sont, elles, au  cœur du  combat  pour l’économie , l’emploi et  la formation dans notre région.

LA LETTRE DE L’U.R.N JUILLET AOUT 2012

 

Télécharger la lettre de l’U.R.N de Juillet et Août 2012


L.N.P.N : LES APPROXIMATIONS ET CONTRE -VERITES DE Mr LE VERN

Mr   Alain  Le  Vern  Président  du Conseil régional  de Haute- Normandie a,  dans un communiqué du  13 Juillet 2012 ,tenté  de justifier par avance  l’abandon de  la  Ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN) au  motif que l’état des finances publiques ne permettrait pas de financer  un tel projet et qu’en conséquence le seul projet réaliste à ses yeux serait de se limiter à la réalisation du tronçon du  Mantois et à la  desserte de Rouen . Le Havre, Caen  et  la Basse-Normandie devront se contenter d’attendre des jours meilleurs en matière de desserte ferroviaire.

Pour  tenter de démontrer l’impossibilité de financer  la LNPN intégrale, Mr Le  Vern avance un chiffre dont on se demande de quel document il l’a extrait. Mr  Le Vern  indique ainsi que « Sur le territoire national ,plus de 250 Milliards d’euros de projets ont été agrégés pour des lignes ferroviaires sans que le début du financement  en soit assuré » Dans les documents qui font référence dans ce domaine ( Schéma National des Infrastructures de Transports -S.N.I.T – Rapport de la  Cour des Comptes ) à aucun moment un tel chiffre  n’est avancé  Ainsi dans le  SNIT (préparé par  le Gouvernement Fillon) il est indiqué que  107 Milliards  d’euros (143 Milliards de moins ( !! ) que le chiffre fantaisiste de Mr  Le Vern)  devraient être consacrés au développement des lignes ferroviaires nouvelles.

Par ailleurs  Mr Le Vern omet de préciser que les sommes prévues pour  le développement du ferroviaire seraient étalées sur une période de 25 à  30 ans .Contrairement à ce que laisse entendre Mr Le Vern les estimations du  SNIT ne constituent pas des décisions définitives mais des orientations. Il omet également de  dire  que ce développement du ferroviaire  pour l’avenir s’inscrit  dans une démarche  positive à  différents niveaux .Le  S.N.I.T conçu  dans le cadre de la loi Grenelle de l’environnement de 2009 recommande en effet de « développer le transport ferroviaire  fluvial  et maritime ou encore les transports collectifs » comme modes alternatifs à la route. Ce développement  du ferroviaire s’applique bien entendu au fret ou le retard français est considérable  et contribue par exemple à la stagnation du Port du Havre par rapport à ses concurrents, Anvers-Rotterdam –Hambourg …

Très approximatif  dans son approche chiffrée du financement des infrastructures ferroviaires sur le plan national indifférent  à l’intérêt considérable que présenterait pour la   Normandie dans sa globalité un recours accru à ce mode  de transport, Mr Le Vern conclut son communiqué par l’affirmation  selon  laquelle  la position sur la LNPN qu’il défend actuellement (réalisation du Mantois- desserte de Rouen ) est conforme à celle qu’il défendait  dans le Cahier d’acteur de la Haute Normandie (Débat  public- L.N.P.N )  Là encore, nouvelle contre-vérité : ce cahier d’acteur  indique en effet dans sa conclusion que « le projet de LNPN  ne permettra de réaliser l’ensemble des fonctionnalités espérées que dans la mesure ou il est mis en œuvre  dans sa globalité. Les différentes branches du projet devront être engagées  dès que possible sans pour autant hypothéquer le projet dans son ensemble » Autre  contre-vérité flagrante à mettre à l’actif de  Mr Le Vern l’affirmation  selon laquelle l’option qu’i l préconise aurait été validée  par RFF. Il  n’en  est rien bien entendu  comme en atteste la décision prise par celui –ci  le 5 Avril dernier de vouloir poursuivre le projet LNPN  dans son  intégralité.

En rendant public aujourd’hui  son revirement  Mr Le Vern  porte un coup qui sera peut-être  fatal à la LNPN au moment  même où il serait au contraire nécessaire pour les élus de notre région -toutes tendances confondues- d’intervenir auprès de l’Etat pour la réalisation d’un équipement  capital pour l’avenir de la Normandie.

 

LNPN: LES AMBIGUITES DE Mr CUVILLIER

Mr Fréderic  Cuvillier  Ministre de Transports a l’occasion de son passage à Cherbourg le 14 Juillet a été questionné  par un journaliste local sur la suite qui sera donnée par le nouveau gouvernement  à la  Ligne  nouvelle Paris –Normandie A la  question  posée , Mr  Cuvillier  a répondu  qu’à l’inverse des investissements ferroviaires prévus  par le SNIT  sous le précèdent quinquennat qui sont « irréalistes compte tenu des contraintes qui pèsent sur les finances publiques notre politique des transports sera basée sur des investissements réalistes » Dans la mesure ou la LNPN  est inscrite au SNIT cette première indication semblait indiquer un abandon de celle-ci .Mais immédiatement après, Mr Cuvillier  précise « La LNPN présente un intérêt considérable  pour les territoires normands. C’est d’ailleurs un engagement  du Président de la République, engagement renouvelé  et que nous avons à cœur de faire aboutir » Cette déclaration serait de nature à nous rassurer si les positions qu’affiche Mr Cuvillier sur ce sujet hors de Normandie n’étaient pas d’une tonalité sensiblement différente.

Ainsi  deux jours avant cette déclaration, le 11 Juillet à Paris Mr  Cuvillier était auditionné par la Commission  du  Développement durable et de l’aménagement du Territoire de l’Assemblée  nationale .La question suivante lui a été posée par le Vice –Président de la Commission Mr Christophe Bouillon  par ailleurs Député de la Seine maritime  « A  quel  moment  les arbitrages concernant la LNPN seront-ils rendus ? »

Mr  Cuvillier a répondu par le silence à la question posée. Il a indiqué ensuite que les projets ferroviaires inscrits dans  le SNIT seraient soumis à une hiérarchisation des priorités par une Commission désignée à cet effet. Doit –on comprendre que  « l’engagement renouvelé »  de Mr  Hollande- pris on peut  le supposer en toute connaissance de   cause – concernant  la LNPN serait subordonné à l’avis d’une simple commission ? Si c’était le cas  cela signifierait un amoindrissement notable de la fonction présidentielle. Si cela n’est pas le cas  c’est que la LNPN a été retirée de la liste des projets à hiérarchiser « l’engagement » du Président de la République la dispensant en quelque sorte du recours à cette procédure. Le moins que l’on puisse dire c’est que les propos du Ministre des Transports concernant la LNPN  sont marqués du sceau de l’équivoque La preuve en a été donnée par le communiqué  diffusé le 13 Juillet par  Mr Le Vern Président du Conseil régional de Haute-Normandie   interprétant quant à lui  les différentes déclarations de Mr Cuvillier comme un abandon de la LNPN et justifiant  son choix en faveur d’une simple modernisation du Mantois  et de la desserte de Rouen.

Conscients de l’importance capitale que revêt la LNPN  pour la Normandie toute entière les Normands sont en droit  d’exiger une clarification sur la véritable position du Gouvernement  vis-à-vis  d’un  projet  dont la justification est prouvée d’une façon incontestable que ce soit à partir de considérations régionales ou nationales;  C’est pourquoi nous posons la question suivante au  Ministre  de Transports :

-Pouvez-vous  nous assurer  que le   Président de  la République s’est  engagé formellement en faveur  de la réalisation de la Ligne nouvelle Paris-Normandie ?

 

l’U.R.N DANS LA PRESSE

Presse de la Manche 26 Novembre 2011

LNPN: CAHIER D’ACTEUR DE L’URN

 

 

 

Télécharger le Cahier d’acteur de l’U.R.N

LA LETTRE DE L’URN NOVEMBRE DECEMBRE

Télécharger La lettre de l’U.R.N (Novembre Décembre 2011)

Articles plus anciens «

» Articles plus récents